text.skipToContent text.skipToNavigation

Tous nos magasins sont maintenant ouverts! Magasinez aisément et en toute sécurité grâce à la cueillette côté trottoir, aux rencontres virtuelles, aux achats par téléphone et plus. | EN SAVOIR PLUS

Grâce à la vision contemporaine et épurée de son nouveau directeur artistique, Francesco Fucci, Theory va à contre-courant du maximalisme, du streetwear et du look années 90 qui règnent en ce moment tout en restant fidèle à son identité originelle de 1997.

Chargé de renouveler la marque tout en honorant son passé, M. Fucci semble en effet avoir trouvé chaussure à son pied. L’ancien directeur artistique de la maison The Row, qui a aussi travaillé pour Diane von Furstenberg et Calvin Klein, est passé maître en mode américaine, mais surtout, connait le rôle de Theory dans le milieu.

Sa précollection du printemps 2019, sa première pour Theory, repose sur « l'idée d'un vestiaire masculin conçu pour le corps d'une femme » et tourne autour du pantalon, de la veste et de la chemise, fondements de la marque. Le chemisier semble avoir particulièrement marqué l’imagination du designer : « Un chemisier blanc classique illustre ma vision de la gamme, c’est-à-dire influencée par la mode masculine, mais polyvalente, élégante et séduisante », explique M. Fucci. Pas étonnant alors qu’un chemisier blanc immaculé figure en couverture du carnet de mode de la précollection du printemps 2019 et ouvre la voie à différentes déclinaisons du modèle, aux côtés de tuniques surdimensionnées, de tailleurs décontractés, de tricots éminemment portables et d’une ribambelle de créations minimalistes et romantiques.

Francesco Fucci explique son intérêt pour une carrière chez Theory, l’inspiration derrière sa première collection ainsi que ses projets en tant que directeur artistique.

Qu’est-ce qui vous interpelait dans le rôle de directeur artistique de Theory?

Travailler chez Theory était vraiment une occasion rêvée, car j’avais une idée précise de l’orientation que je voulais donner à la marque. Pour ma première collection, mon but était de renouer avec les racines de la maison et de créer un nouveau code vestimentaire. Pour moi, Theory a toujours été synonyme de sportswear et de minimalisme à l’américaine, ce qui rejoint ma propre esthétique.

Quelle est l’inspiration de la précollection du printemps 2019?

Parcourir les États-Unis était à mon avis la meilleure façon d’adopter une perspective pertinente en tant que designer européen au service d’une marque américaine. Avant mon entrée en fonctions, j’ai visité Marfa, au Texas, et j’ai eu l’impression de découvrir le vrai visage du pays : les paysages, les couleurs, même le bruit du vent étaient authentiques. J’ai eu le coup de foudre pour ce décor époustouflant et majestueux, qui a fortement influencé la collection.

Le concept de l’uniforme, pierre angulaire de Theory, est aussi au cœur de la collection. Je me suis inspiré de vieux uniformes américains, comme celui des infirmières et des facteurs, pour dessiner des vêtements de tous les jours plus décontractés.

La danseuse Pina Bausch est une autre référence pour moi. Son œuvre transposait l’attraction entre l’homme et la femme, ce qui me ramène à l'idée d’un vestiaire masculin adapté au corps de la femme.

Vous avez grandi en Italie, et vous y avez travaillé, ainsi qu’à Paris, mais vous avez fait carrière à New York. Qu’est-ce qui vous a poussé à travailler pour des marques américaines plutôt qu’européennes?

Le stylisme et le minimalisme américains m’ont toujours servi de repères. J’ai décidé de m’installer dans la Grosse pomme pour repartir à zéro. Cette ville est unique, mais je n’abandonnerai jamais mes origines, et c’est pourquoi j’aime marier ma culture européenne à un cachet plus épuré.

Pourquoi accordez-vous une si grande importance aux tissus?

Pour moi, c’est par l’étoffe, la couleur et la silhouette que s’exprime un vêtement. La réussite d’une collection dépend de la qualité de la matière première.

L’industrie de la mode est si trépidante et exigeante, comment décrochez-vous?

J’aime visiter des galeries d’art et la Dia Art Foundation à Beacon, NY. J’aime aussi m’asseoir et regarder le va-et-vient des New-Yorkais.

Quel est votre objectif pour Theory?

Mon but est de rehausser les codes originaux établis par le fondateur, Andrew Rosen, il y a 21 ans, et de me pencher sur les principes d’ajustement parfait, de fines étoffes et de minimalisme qui ont toujours guidé la marque. J’aimerais aussi teinter mes collections d’un peu d’émotion et de romantisme. Il est important pour moi d’exprimer un nouveau point de vue et de jeter un nouvel éclairage sur Theory.

Theory est offerte dans tous les magasins Holt Renfrew et chez Ogilvy.

TROUVEZ VOTRE MAGASIN