Skip to content Skip to navigation
Music has the power to bring people together and get them dancing—and that’s exactly what happened at Holts

To bring our Summer in Motion campaign to life, Holts hosted DJ sets across Canada during the month of June. With Bambii turning the party at Holts Café in Toronto, Miko So? spinning beats for a day of shopping in Vancouver, and Pierre Kwenders taking over Tudor Hall in Montreal, each DJ brought their unique sound to the events.

Read on for a look at the action and the DJs’ thoughts on creating a vibe, club culture, and more.
Pour donner vie à notre campagne « Bougez, c’est l’été! », Holt a accueilli au mois de juin des DJ de partout au Canada pour une prestation. Chaque DJ a contribué aux événements par un son unique : Bambii a créé une ambiance de fête au Café Holt de Toronto, Miko So? a fait tourner ses platines pour une journée de magasinage à Vancouver, alors que Pierre Kwenders a pris d’assaut la salle Tudor à Montréal.

Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur ces événements et connaître l’opinion des DJ sur la façon de créer une ambiance, la culture des boîtes de nuit, et plus encore.

June 1 at Holt Renfrew Bloor Street Le 1er juin, au magasin Holt Renfrew de la rue Bloor

On the importance of the vibe… Sur l’importance de l’ambiance …

“I think that DJing is really intuitive. There’s obviously rules around like, start in this BPM or start with songs like this. But I think that in essence, it’s about being empathetic to the way that people feel and trying to communicate with them non-verbally. So, I think being sensitive is something that is a tool to wield, to connect to your crowd.” « Je crois qu’il faut faire preuve de beaucoup d’intuition pour être DJ. Évidemment, il y a des règles à respecter notamment en ce qui concerne le tempo ou les premières chansons à faire jouer. À mon avis, je crois qu’il faut surtout être empathique à ce que les gens ressentent et tenter de communiquer non verbalement avec eux. La sensibilité est donc un outil qui permet de connecter avec la foule. »

On the most exciting thing in club culture right now… Sur le phénomène le plus intéressant concernant la culture des boîtes de nuit en ce moment …

“I feel like club culture took a huge hit because of the pandemic. So, everyone's still reeling from that. But because everyone was really isolated and didn't have access to dance spaces people are much more open and willing to hear music that they weren't before. I think things were much more stratified and coming back into club spaces, they’re just so happy to be there. It feels like DJs have a bit more creative freedom. I'm hearing things that I wouldn't hear before, and I'm seeing crowds respond to it in different ways than before.” « Je crois que la culture des boîtes de nuit a beaucoup souffert de la pandémie. Tout le monde est encore ébranlé. Après l’isolement et l’impossibilité de fréquenter les boîtes de nuit, les gens sont désormais beaucoup plus ouverts à la musique. Je crois que le retour dans les boîtes de nuit était davantage progressif. Les gens sont heureux d’être là. Les DJ jouissent d’une plus grande liberté de création. Les propos ont changé et les foules y répondent différemment maintenant. »

On JERK and how it got its start… Sur JERK et ses débuts …

“JERK is a party that I started when I first got into DJing. It was a way for me to create a platform for myself to DJ because DJing is just so gate kept that I don't think anyone would've booked me if I didn't start it. I think, especially for women in music, you have to create your own way to work. I'm Caribbean and JERK is sort of an homage to my heritage growing up, things that were nostalgic to me, but also things that represent Toronto. We play Caribbean music, but we also play a lot of global sounds and electronic. There's a large Caribbean population in Toronto and there's also a large queer Caribbean population in Toronto. So, it's just a safe space for queer Caribbean people.” « JERK est une fête que j’ai lancée alors que je commençais tout juste comme DJ. Je cherchais ainsi à créer une plateforme pour moi-même. C’est un monde tellement fermé que personne ne m’aurait engagée si ce n’avait été de cet événement d’après moi. Je crois, en particulier en ce qui concerne les femmes dans le monde de la musique, qu’il faut en quelque sorte créer ses propres occasions. Je suis Antillaise et JERK est simplement une ode à mes origines. C’est un mélange de nostalgie et de choses qui représentent Toronto. Nous jouons de la musique antillaise, mais aussi beaucoup de sons du monde et de musique électronique. Toronto compte une importante population queer antillaise, ce qui en fait un lieu sûr pour ses membres. »

On playing the perfect vibe… Sur l’ambiance parfaite …

“I like to start off with a more hype song to get everyone like, ‘Woohoo’ and then settling down a little bit closer to the middle-ish. But then at the end I liked to do a good upbeat song, but something that says, ‘This is the end’.” « J’aime bien commencer par une chanson plus entraînante pour dynamiser la foule, puis installer le rythme vers le milieu. Vers la fin, j’opte pour une chanson énergique, une chanson qui termine le tout en beauté. »

On being a turntablist… Sur le fait d’être une platiniste …

“A turntablist is someone who plays records on two tables—a record player on each side— and then the mixer to connect them so you can switch, fade, scratch…There's no electrical things, it’s just straight.” « Une platiniste est une personne qui fait jouer des disques sur deux platines, un tourne-disque de chaque côté, et qui utilise un mixeur pour connecter les deux afin de passer d’un à l’autre, de réduire progressivement le son, de faire du scratch… Pas de trucs électriques. »

On standing out from the crowd… Sur le fait de se démarquer …

“I try and make my sets different because most people are just going song to song. It gets repetitive. I do juggling. I do a little scratching. I pick songs that go into each other well. As well as word play. And when I mix, I try and use effects too, to make it sound a little different, because all that counts is different. if everyone's the same, then no one's going to stand out. So, that’s how I make myself stand out.” « J’essaie de rendre mes prestations différentes plutôt que d’y aller une chanson à la fois. Sinon, ça devient répétitif. Moi, je jongle un peu. Je fais un peu de scratch. Je choisis des chansons qui se succèdent bien. Je joue sur les mots aussi. Et lorsque je mixe, j’essaie d’utiliser des effets qui donnent une sonorité différente. Parce que l’important, c’est d’être différent. Si tout le monde est pareil, personne ne se démarque. C’est donc ainsi que je me singularise. »

PIERRE KWENDERS @PIERREKWENDERS

June 22 at Holt Renfrew Ogilvy Le 22 juin, au magasin Holt Renfrew Ogilvy

On establishing a vibe… Sur la création d’une ambiance…

“When you start a DJ set, you have to think of the environment where you're going to be playing. The environment could be the city, could be the country, you know? I like to tell a story. Start a little slower and make them move, shake a little bit in the middle, go down a little bit, and then end with the back, you know? But I always like to know my audience first, know the kind of people that I'm going to be playing to and try to please them as much as I can.” « Au début d’une prestation, vous devez réfléchir à l’environnement dans lequel vous jouerez. Il peut s’agir de la ville, du pays, qui sait? J’aime bien raconter une histoire. Commencer plus doucement pour faire bouger la foule, énergiser les choses au milieu, ralentir un peu le rythme par la suite, puis terminer en force. Vous savez, j’aime bien d’abord apprendre à connaître mon public et tenter de lui plaire autant que possible. »

On the energy of playing a DJ set… Sur l’énergie nécessaire pour une prestation de DJ…

“Every night is different. Every DJ set is different, and it's something about the energy. You get the energy and you give the energy that you get, and hopefully makes a wonderful night.” « Chaque nuit est différente. Tout comme l’est chaque prestation de DJ. Il y a quelque chose dans l’énergie je dirais. Vous renvoyez l’énergie que le public vous donne et, si tout va pour le mieux, la nuit sera merveilleuse. »

On the Moonshine party series… Sur les soirées Moonshine…

Moonshine is a lunar-based party that happens on Saturdays after the full moon. We've been doing this since 2014, it's been almost eight years now. And the music that we play, it's very Afro-centric. The idea of throwing the party came from me wanting to finance my music, but also to create a space for people like me, that didn't know where to go to listen to that kind of music, to that genre. An open space where you can be yourself and dance into the morning. We’ve held it in Montreal, Toronto, L.A., Santiago, Paris, Brussels, Lisbon, Barcelona…so, you know, we're spreading the love.” « Moonshine est une série d’événements lunaires qui ont lieu les samedis après la pleine lune, et ce, depuis 2014. La musique que nous y jouons est très afrocentrique. L’idée de cet événement m’est d’abord venue par la nécessité de financer ma musique, mais aussi afin de créer un espace pour les gens comme moi, qui ne savaient pas où aller pour écouter ce type de musique. Un espace ouvert où il est possible d’être soi-même et de danser jusqu’au petit matin. Nous avons organisé des événements à Montréal, Toronto, Los Angeles, Santiago, Paris, Bruxelles, Lisbonne, Barcelone… L’amour ne connaît pas de frontières. »